Les tableaux deviennent les témoins d’une période pas si lointaine, car ses façades sont très présentes dans la mémoire collective des Marseillais.